Eglise
Saint-Vincent
1587-2006

Sommaire

0009Un acte de Robert Le Pieux (996-1031) nous révèle l’existence d’un édifice religieux à Mesnil donné aux moines de Notre Dame de Poissy. Une charte de Philippe 1er confirme cette possession en 1061. En 1402 Charles VI renouvèle les droits de l’abbaye pisciacaise au Mesnil. Le chapitre de Poissy a tenu la cure pendant plus de cinq siècles.

A Carrières-sous-Bois, l’abbaye de Coulombs, propriétaire des lieux, fait construire au XIIème siècle le Prieuré Saint-Pierre sur le tertre qui amorce le chemin du Parc aux Lièvres. Une grotte de la rue des Cheverrures hébergea des moines venus se cacher pour se soustraire aux massacres normands et fit office de chapelle.

Une église aurait été construite en 1184 par Jean de Poissy. Ni celle-ci, ni celle contemporaine de Robert Le Pieux, n’ont résisté à l’outrage du temps, comme le constate en 1550 Antoine de Moyne, riche seigneur du Mesnil et de Vaux. Il entreprend de construire, sur ses propres derniers, l’édifice actuel, achevé en 1587 par son fils Denis.

 » Le premier dimanche du mois d’août 1587, durant le règne d’Henri III, roi de France et de Pologne, l’église du Mesnil-le-Roy a été dédiée et consacrée en l’honneur de Dieu, de la Bienheureuse Vierge Marie et de Monsieur Saint-Vincent.. « . Monseigneur Lucas de Almany, évêque de Macon, est le consécrateur. La référence à Saint-Vincent, patron des vignerons, révèle l’activité dominante de la paroisse à la fin du XVIème siècle.

Depuis près de 420 ans l’église Saint-Vincent domine le village. Inscrite à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques, elle a été le témoin de son histoire silencieuse.

 » Le clocher, un des plus beaux des environs, et son toit pointu qu’on aperçoit de loin… (de Coulanges 1875) «  , hébergeait quatre cloches, installées entre les XVIème et XVIIIème siècles. Elles se prénommaient Marie, Anne, Renée et Louise-Marie, avec pour parrains et marraines les donateurs. Ces trois dernières ont été fondues en canons pendant l’Empire. Aujourd’hui seule Marie assume encore sa mission.