Dossier :
Budget et environnement

m-rouyere

Mesniloise depuis toujours, Marie Rouyère a entrepris un 3ème mandat avec l’équipe de Serge Caseris. En tant qu’“enfant du pays”, elle a souhaité s’engager dans la vie municipale pour préparer l’avenir du Mesnil.

Des finances au développement durable

En quelques mots, pouvez-vous vous présenter ?
Je suis arrivée au Mesnil en 1973 à l’âge de 2 ans. J’ai grandi dans notre ville puis, après mon bac, j’ai fait mes études d’ingénieur en région parisienne.
Une fois mariée, j’ai vécu aux ÉtatsUnis et en Grande Bretagne avec ma famille avant de revenir au Mesnil. Je suis mère de trois enfants : Clémentine, Pierre-Louis et Jean qui ont fréquenté, comme moi, l’école maternelle et élémentaire Jean Jaurès.
En tant qu’ingénieur du Génie Rural, des Eaux et des Forêts, j’ai fait de la recherche en économie et gestion de l’environnement. J’enseigne désormais la physique et la chimie au lycée. Après deux mandats de conseiller municipal, je suis, depuis mars 2014, maire-adjoint en charge des finances et du développement durable.

Précisez-nous plus en détails vos missions.
Grâce à mes fonctions de maire-adjoint en charge du développement durable, je peux cultiver ma fibre “verte”.
Notre ville est une petite commune agri-urbaine très proche de Paris qui a su conserver ses espaces naturels (prairie et forêt communales). Une de mes missions est de préserver cette richesse, de mettre en place des actions en faveur de la biodiversité et d’y associer les Mesnilois.

Je souhaite également intervenir dans toutes les réflexions sur le développement de la commune afin que la dimension environnementale soit effectivement prise en compte. Gestion de l’eau, isolation des bâtiments, diminution de l’usage des pesticides, circulation douce… autant de points d’attention lorsque la commune met en oeuvre un projet de développement, de rénovation de voirie ou de bâtiment ou encore de construction d’une nouvelle infrastructure. C’est aussi dans l’élaboration du Plan Local d’Urbanisme (P.L.U.) qu’il faudra veiller à préserver notre patrimoine écologique et faire en sorte que la commune gagne en qualité environnementale.
Ces réflexions se situent dans la continuité des actions des municipalités précédentes qui ont activement oeuvré dans ce sens.

En tant que maire-adjoint en charge des finances, j’aide le maire à établir un budget équilibré et sincère qui permette de satisfaire les attentes de la population sans faire peser une contrainte fiscale trop forte sur les ménages. Chacun sait que nous sommes dans un contexte budgétaire tendu et nos ressources sont en forte baisse. En effet, dans le cadre de son engagement à diminuer le déficit public, l’État procède à des coupes sans précédent dans les dotations versées aux collectivités locales et nous ponctionne chaque année davantage au titre de la péréquation intercommunale. Il faut, plus que jamais, rester vigilant sur nos dépenses de fonctionnement. Il convient de les maîtriser afin de pouvoir continuer à investir dans la rénovation de notre voirie, de nos bâtiments et dans la réalisation de nouvelles installations pour le bénéfice du plus grand nombre.

Evolution de la Dotation Globale de Fonctionnement (D.G.F.) versée par l’état à la ville du Mesnil-le-Roi

Année D.G.F. versée
au Mesnil-le-Roi
Diminution Manque à gagner
par rapport à 2012
2012 1 315 k€
2013 1 295 k€ -20 k€ 20 k€
2014 1 233 k€ -62 k€ 82 k€
2015 1 084 k€ -149 k€ 231 k€
Perte cumulée 333 k€

La participation de la commune au Fond de Péréquation Intercommunale (F.P.I.C.), qui correspond à une solidarité entre communes imposée par l’État, a augmenté en 2014 de 90 000 € pour atteindre 204 000 € et pourrait s’élever pour 2015 à 257 000 €.

Evolution du versement de la ville du Mesnil-le-Roi (F.P.I.C.)

Année Contribution
au F.P.I.C.
Augmentation
par rapport à 2012
2012 52 k€
2013 114 k€ +62 k€
2014 204 k€ +152 k€
2015
(prévision)
257 k€ +214 k€

C’est dans ce contexte que le conseil municipal a voté le Budget Primitif (B.P.) le 2 avril 2015.

Calendrier des finances de la commune

  1. Conseil municipal du 29 janvier 2015 : Débat d’Orientation Budgétaire (D.O.B.)
  2. Commission des finances du 19 mars 2015
  3. Conseil municipal du 2 avril 2015 : Vote du Budget Primitif (B.P.) avec vote des taux
  4. Conseil municipal de juin 2015 : Compte administratif + vote du Budget Supplémentaire (B.S.)

Le budget 2015

Le budget 2015 est composé du budget de fonctionnement de 7,5 M€ et du budget d’investissement de 1,06 M€.

Le budget de fonctionnement

budget2015

Notre politique de contrôle des dépenses de fonctionnement a permis de dégager chaque année un excédent et de financer ainsi les dépenses d’investissement. Cette année nous avons prévu un autofinancement de 512 000 €.

Le budget d’investissement

Les recettes d’investissement se décomposent donc en autofinancement de 512 000 € qui correspond à la part prélevée sur le budget de fonctionnement et en subventions accordées par l’État, la Région, le Département et d’autres dotations. La commune n’a pas eu recours depuis 2010 à l’emprunt pour financer ses investissements. Son endettement total s’élève à 1,15 M€ avec un remboursement annuel de 114 000 €.

Recettes
Autofinancement (48 %) 512 000 €
Subvention et dotations (52 %) 544 000 €
Total 1 056 000 €

Les dépenses d’investissement sont consacrées à l’entretien et à la rénovation du patrimoine communal (voirie, écoles, infrastructures sportives, aires de jeux…), au remboursement de la dette pour une très faible part et à la réalisation des projets futurs.

Dépenses
Remboursement de la dette (11 %) 114 000 €
Dépenses d’investissement (89 %) 942 000 €
Total 1 056 000 €

Les principaux projets d’investissement

La maîtrise des dépenses de fonctionnement permet d’envisager la réalisation des projets annoncés par notre équipe municipale :

  • La rénovation du stade Maurice Rein, rue du général Leclerc, dont le terrain de football en stabilisé sera converti en synthétique durant l’été 2016.
  • La réhabilitation d’une partie des berges de Seine et la réalisation d’une piste cyclable. L’enquête publique devrait avoir lieu en 2016.
  • La rénovation et l’agrandissement du restaurant ainsi que la construction d’un bâtiment pour les activités périscolaires pour le groupe scolaire Jean Jaurès.
  • La réalisation d’un parc, au bout de la rue du port, pour la pratique du skate, du roller, de la trottinette, BMX. Il offrira également une aire de pique-nique et constituera un lien avec les berges de Seine.
  • La rénovation du chevet de l’église au niveau du passage Saint-Vincent. La pierre de l’arrière de l’édifice est aujourd’hui très détériorée et il est urgent de faire les travaux nécessaires pour préserver ce monument important de notre patrimoine culturel.
  • Les travaux sur la voirie en 2015 : rue Pasteur ce printemps et rue des marronniers en fin d’année. La programmation pour les années à venir sera liée à nos capacités financières.

Ces projets ont déjà fait l’objet d’études et de demandes de subventions.
Leur réalisation s’étalera sur l’ensemble du mandat.

Entre prairie et forêt

Des nouveaux Mesnilois dans la prairie communale
prairie-1Répertoriée comme zone humide présentant des espèces faunistiques et floristiques remarquables, la prairie communale fait l’objet depuis plusieurs années d’un entretien adapté à la préservation et au développement de la biodiversité.
C’est ainsi que la précédente équipe municipale a mis en place la fauche tardive et le pâturage extensif par des poneys, des moutons de race solognote et des moutons de Soay. Ces animaux se complètent dans leur travail de broutage puisque les poneys sont très sélectifs et refusent de manger les orties alors que les moutons broutent tout type d’herbes.
En avril dernier, les brebis de Soay ont mis bas dans la prairie et c’est ainsi que les Mesnilois qui se promènent en bord de Seine ont pu découvrir des agneaux dans les enclos. Les habitués de cette promenade ont pu aussi apercevoir des hérons dans la noue qui se trouve à l’extrémité du grand enclos près du rucher. Si vous prenez le temps de l’observation au cours de vos balades, vous pourrez aussi voir des martins-pêcheurs, preuve que la prairie communale est un lieu d’une grande richesse écologique.

Des arbres pour les générations futures
prairie-2Le jeudi 2 avril, l’Équipe des Espaces Verts de la ville a planté soixante baliveaux (charmes, hêtres et chênes) dans la forêt communale. En s’appuyant sur l’expertise de l’O.N.F., des emplacements ont été choisis afin que les arbres bénéficient d’un bon ensoleillement. Ainsi, les générations futures pourront profiter, nous l’espérons, de beaux arbres et apprécier d’autant plus la forêt communale.
Chaque arbre porte une étiquette sur laquelle est écrit le prénom d’un enfant de C.E.2. de l’école du Clos de la Salle ou de l’école Jean Jaurès.
Nous encourageons chacun de ces enfants à aller voir l’arbre qui porte son nom et à l’arroser avec ses parents. Une telle opération de reboisement sera sans doute reconduite à l’automne.

Le saviez-vous ?

soay-1Le mouton de Soay, est une race primitive de moutons, établie à l’état sauvage depuis plusieurs millénaires sur la minuscule île de Soay (d’une superficie d’1 km²), située dans l’archipel de SaintKilda, en Écosse.
Les moutons de Soay sont des moutons petits et trapus, à la robe généralement marron. Les femelles portent des cornes assez importantes, quoique plus petites que celles des mâles. Les cornes commencent à pousser dès les premiers mois de vie des agneaux qui naissent vers le mois d’avril. En raison de sa rusticité, parce qu’elle demande peu de soins, et pour son intérêt écologique (faible pression sur les sols fragiles, enrichissement du sol sans salissure), cette race est aujourd’hui élevée par des amateurs et des professionnels en dehors de l’archipel, et utilisée dans les programmes d’écopâturage.
soay-2