Dossier :
Cadre de vie

z-jadin

Zissy Jadin est en charge du cadre de vie depuis plusieurs années et nombreux sont les Mesnilois qui la connaissent et la croisent régulièrement. À pied ou dans sa petite coccinelle bleue, elle sillonne inlassablement la ville, inspectant l’état de propreté des rues, vérifiant les plantations, les aires de jeux… Un rôle clé pour préserver le “charme du Mesnil”.

Engagée pour le bien-vivre

Qui êtes-vous, Zissy Jadin ?
Je suis d’origine hollandaise et mariée à un Basque ; nous vivons presque à mi-chemin de nos bases d’origine. Nous sommes arrivés avec nos trois enfants au Mesnil en 1989.
J’ai oeuvré pendant de longues années dans les associations de parents d’élèves, puis voulant mettre ma disponibilité au service de ma ville, je me suis lancée dans la vie municipale et j’ai eu la joie d’être élue en 1995. Dès cette première élection, j’ai eu en charge les questions liées au cadre de vie. Un vaste domaine qui couvre aussi bien la propreté de la commune que le ramassage et le traitement des déchets ménagers, le balayage des rues, le mobilier urbain, le fleurissement, la création d’espaces de jeux.

La société Pizorno a la charge de la collecte des O.M. dans notre commune. Le seul jour férié où les éboueurs ne travaillent pas est le 1er mai.

La société Pizorno a la charge de la collecte des O.M. dans notre commune. Le seul jour férié où les éboueurs ne travaillent pas est le 1er mai.

Quels sont les problèmes majeurs de la collecte des ordures ménagères ?
La plupart des problèmes sont liés aux bons ou mauvais gestes tri, ce qui a une répercussion sur les factures.
Pour réduire ce coût, nous devons :

  • poursuivre nos efforts sur le tri sélectif : le papier et les emballages bien triés nous donnent droit à des subventions.
  • limiter le tonnage des déchets verts grâce au compostage.
  • diminuersensiblement le nombre de collectes.

Le tri dans l’habitat collectif est un souci pour les bailleurs. Avec ceux de la Sablière nous travaillons sur un projet et une solution va être proposée. Si cela est probant nous étendrons le dispositif à
d’autres résidences.
Malgré les rappels publiés régulièrement dans les journaux municipaux, les sacs poubelles sont déposés, trop tôt sur les trottoirs… Ils sont hélas déchiquetés par les oiseaux, les chiens ou renards ; les déchets éparpillés un peu partout gênent le voisinage et l’image de notre ville en est un peu ternie.
Dans un avenir proche les containeurs deviendront obligatoires. Les plus propres, les plus écologiques, les plus adaptés sont les containeurs enterrés.
Aujourd’hui leur coût est exorbitant pour le budget de communes comme la nôtre. Un sujet type pour une intercommunalité !

Ci-dessous, un exemple de décharge sauvage dans une des rues de notre “village fleuri”.

Ci-dessous, un exemple de décharge sauvage dans une des rues de notre “village fleuri”.

Le dépôt sauvage de gravats un peu partout dans la ville est récurrent, bien que deux fois par an la commune organise, sur la plateforme de la rue du Port, la collecte de gravats et de produits toxiques. Ce service est gratuit pour les déposants, mais ce sont les contribuables mesnilois qui paient. Rappelons aussi que les habitants peuvent se déplacer à la déchetterie Azalys à Carrières-sous-Poissy. Les apports sont limités à 2m3 par semaine.

La propreté des rues est parfois mise à mal. Que faire ?
Je les parcours très souvent pour constater que l’ensemble de nos rues est bien entretenue grâce au passage hebdomadaire ou mensuel de la balayeuse selon l’endroit. Peut mieux faire, bien sûr. Mais comment ? En faisant preuve de plus de civisme, ce qui est simple et gratuit ou augmenter le nombre de passages de la balayeuse ? Nous devons contenir nos dépenses, alors le choix me paraît clair : évitons ici et là, de jeter les papiers, de laisser les canettes ou autres contenants n’importe où, utilisons les poubelles mises à disposition sur les trottoirs, ramassons les déjections animales.

Préserver le cadre de vie, c’est nécessaire. Que faites-vous pour l’aménager ?
Nous bénéficions d’un cadre naturel extraordinaire : la forêt, les paysages, la prairie communale… une ville à l’habitat varié et arboré ! C’est notre atout envié par nos voisins. Développer des circulations douces : marche et vélo, n’est pas toujours facile. Depuis plusieurs années, lors des travaux de voirie, nous avons sécurisé les trottoirs, et lorsque c’était possible nous avons réalisé des pistes cyclables.
cdv4Plus particulièrement dans mon domaine de responsabilité, j’ai travaillé sur la création d’aires de jeux pour les enfants de 3 à 12 ans, ainsi que sur l’aménagement de terrains de jeux collectifs pour les plus grands :

  • La plaine de jeux du Clos de la Salle dont l’un des jeux vient de s’enrichir d’un nouveau sol souple, vert pimpant.
  • Le square Jean Jaurès a fait peau neuve en août 2013, il reste quelques bancs à installer pour accueillir un public toujours plus nombreux.
  • Le square de la place du Haut de la Girouette est le plus récent. La girouette et la roue de la charrette sont des curiosités remarquées.

D’autres verront-ils le jour ? Pourquoi pas, si cela est possible.

Si j’évoque souvent l’impact des dépenses sur le budget municipal sachez que c’est un point très sensible pour tous.

Notre ville est joliment fleurie, soyons-en fiers. La 3ème Fleur obtenue au concours régional des villes et villages fleuris, récompense la commune et le travail des jardiniers municipaux.

Notre ville est joliment fleurie, soyons-en fiers. La 3ème Fleur obtenue au concours régional des villes et villages fleuris, récompense la commune et le travail des jardiniers municipaux.

Le fleurissement de la ville, l’abattage des arbres sont des sujets propices aux critiques, qu’en pensez-vous ?
Les critiques sur le fleurissement portent essentiellement sur les dépenses qu’elles représenteraient.
Celles-ci sont relativement modestes car depuis quelques temps les plantations sont organisées de façon à ce que les plantes saisonnières côtoient les plantes vivaces dans un souci d’économie. Les jardinières, les parterres resplendissent de saison en saison et sont appréciés par la majorité des Mesnilois.
Les arbres malades, dangereux ont été examinés par un diagnosticien de l’Institut national de la recherche agronomique “INRA” et selon son pronostic nous procédons à leur abattage en faisant
appel à une société agréée.
L’entrée du Mesnil, boulevard Paymal, est en cours d’aménagement et prochainement des arbres seront replantés et alignés. Mais le profil des trottoirs demandera du temps car l’investissement est lourd et nécessite l’accord du Département.

Place du Tir, opération abattage des arbres dangereux par une société agréée

Place du Tir, opération abattage des arbres dangereux par une société agréée

Place du Tir des arbres menaçants situés près de la résidence Camille Claudel ont été dernièrement abattus (l’un deux était tombé en février 2013). Ils seront remplacés prochainement par d’autres essences.

Des Mesnilois souhaiteraient plus de bancs sur les trottoirs, plus d’abribus. Est-ce réalisable ?
La demande d’implantation de bancs n’est pas une nouveauté en soi. Des bancs sont posés puis enlevés. Pourquoi ? Certes ils permettent des haltes reposantes, notamment pour les personnes âgées.
Aux beaux jours ils sont des lieux de regroupements, pour les plus jeunes, surtout dans la soirée… Ils subissent des dégradations, des détritus sont laissés aux abords. Les riverains souhaitent alors que nous procédions à leur enlèvement. Le sujet reste ouvert mais il est moins simple qu’il n’y paraît.
Pour répondre aux demandes des riverains usagers des transports nous projetons d’installer des abris bus supplémentaires. A suivre.

Comment pensez-vous faciliter les balades pédestres ?
cdv6Les marcheurs ou randonneurs qu’ils soient mesnilois ou non, savent découvrir sans aide le charme des balades dans notre commune mais d’autres souhaiteraient qu’elles soient mieux aménagées, mieux balisées.
Une étude pour l’aménagement des bords de Seine est en cours de réalisation, c’est un investissement lourd que la commune ne peut supporter seule.
L’avancement du projet se fera au rythme des dossiers de demandes de subventions auprès des services du Département, de ceux de la Région, des voies navigables et aussi des échanges de travail avec les maraîchers.
C’est pourquoi dans un premier temps nous travaillons pour suggérer des balades et des circuits avec une signalisation simple et un support de carte pour les marcheurs de plus en plus nombreux sur nos chemins.

En conclusion
Ma mission est passionnante, parfois difficile mais combien enrichissante. Elle me conduit à rencontrer tous les jours les Mesnilois, à être à l’écoute de leurs attentes, à discerner les messages importants. C’est ma meilleure arme pour convaincre le maire, grand argentier de la commune qui a toujours des priorités… À condition de rester raisonnable, il peut oublier les oursins qu’il a dans ses poches “Aide-toi, le ciel t’aidera” (La Fontaine). Si chacun fait preuve d’un peu de civisme et se sent aussi responsable de son environnement, tout devient plus facile.